Saturday, October 19, 2019

Pensées d'automne


Bel automne

Te voici revenu, porteur des couleurs
Que tu donnes aux forêts, avant que vienne l'heure
Du retour à la terre... Fin de vie éphémère
Des feuilles qui se fanent et tombent avant l'hiver.

Crépuscule flamboyant du cycle naturel,
Une génération meurt préparant la nouvelle.
Passe alors l'hiver, finissent les gelées,
Arrive le printemps, la nature renaît .

Le poète s'incline puisqu'il en est ainsi .
Les feuilles quand elle tombent se couchent et font leur lit
Parées de milles couleurs pour partir sans bruit .

Finir paré ainsi est mystère infini
Qui relève de la sorte l'éternel défi,
Du cycle tellurique dont la vie est le fruit .

Saturday, September 28, 2019

L'arc en ciel



Regarde bien le ciel en cette fin d'été,
Une pure beauté, aux teintes bleu-pastel
S'offre aux âmes sensibles et enchante les yeux.
Sur fond de couleur bleue quelques petits nuages
Fils perdus de l'orage forment un camaïeu
De couleurs variées aux accents majestueux.
Au loin, vois tu, il pleut des perles de rosée.

Regarde maintenant du fin fond de l'azur,
Une merveille pure se conjugue au présent .
Maître de ce ballet , intense et prodigieux
Le soleil peu à peu se joue à iriser,
Cette corolle immense dont il est le calice,
C'est un feu d'artifice de couleurs intenses.

Admire cet arc en ciel dominant le ballet,
Il t'offre un nuancier grandiose et naturel
Fils à la fois du ciel et de maître soleil.

Wednesday, July 24, 2019

Visions de mer

Je ne vois plus la mer comme je la voyais môme,
La regardais hier y voyant des fantômes,
Les yeux vers le large y cherchant les mirages
Que nous avions gamins au tout petit matin.
Mer tu m'as appris ce que veut dire vie.
Tu as bercé mon corps de bâbord en tribord
Trouvant en chaque port un peu de réconfort
Sans jamais renoncer en dépit des dangers
A parcourir tes flots aux lueurs des falots
Quand le soir tombé leurs reflets irisés
Reposent le marin songeant à son destin.
Les reflets de ce soir me renvoient en miroir
Les vagues de jadis sur fond du bruit des drisses
Que le vent fait chanter en fortes mélopées.
Ce que je vois alors, sur ce quai de port,
Est une toute autre mer et mon cœur se serre.
Tu étais l'avenir, devenus souvenirs.
Et non pas des regrets...

Friday, July 19, 2019

Tous au panier


En lisant mon journal, d'humeur matinale,
Un fait divers curieux au marché de Lisieux
Attira pour de bon toute mon attention.
Une jeune gourgandine en était l'héroïne

La halle, hier samedi, tranquille avant midi,
Fut vite secouée en fin de matinée
Par un attroupement de badauds nonchalants
Curieux et attirés par un stand de panier.

Le vendeur dépité avait été volé
Sa recette disparue tous ses paniers vendus
Les gendarmes prévenus avaient vite accourus
Quand un badaud ventru déclara, je l'ai vue !

Elle avoua sans détour avoir joué ce tour,
Le vendeur de panier la faisant travailler
A tresser de ses mains tous ses fameux paniers
Pour pratiquement ne jamais la payer.

L'histoire se termina sans beaucoup de bla-bla
Les deux protagonistes emmenés au panier
A salade dit-on pour y être essorés.

La morale :

Ne pas mettre tout Lisieux dans un même panier.
Surtout si celui-ci est appelé percé.

Wednesday, May 15, 2019

Chardonneret



Joli petit oiseau, il y a bien longtemps
Que l’on ne te voit plus où bien si rarement.
Aurais-tu disparu de nos villes et nos champs ?
Victimes, comme beaucoup de tes frères et cousins,
Des erreurs meurtrières de l’animal humain.   

Charmant oiseau
Hors du commun
Agile et vif  
Robe jolie
De couleur gaie
On aime voir
Non pas en cage  
Ni en volière
En liberté
Radieux et fier  
Et en couleurs
Tes beaux attraits.

Monday, April 08, 2019

Il faut que je te dise

Dans le grand tourbillon du monde,
Accorde moi quelques secondes,
Le temps d'un sourire de Joconde
Juste quelques blanches, quelques rondes,
Pour te chanter comme l'oiseau
Qui roucoule dans le jardin,
En quelques rimes quelques mots ,
Le bonheur qui est le mien.
Les paroles maintenant me manquent
Il faut pourtant que je te dise
Je n'étais qu'un jeune saltimbanque
Cœur d’artichaut aux rimes grises.
Tu as ensoleillé ma vie
Quand tu m'as pris par la main,
Que doucement tu m'as conduit
A partager le long chemin
Que nous continuons aujourd'hui.

Trois seuls mots ont place alors
Je t'aime en do, en sol, en fa.
Je t'aime toujours, je t'aime fort !
Accords majeurs que je te dois.
Depuis longtemps, je t'aime encore...

Ce texte en chanson :

 https://soundcloud.com/jlma9185/il-faut-que-je-te-dise

Monday, March 25, 2019

Parfums de printemps (haïkus)

Un petit matin
Le vent qui tourbillonne
Frissons du jardin

Au creux d'un mur
De jeunes oisillons piaillent
Le chant du monde

Une perle de pluie
Les giboulées arrivent
Caprices de mars

Une belle mésange
Incessamment s'active
Le mur se calme

Un rayon de soleil
Les jonquilles fleurissent
Parfums de printemps...